J'ai reçu un bref message, de la part de quelqu'un qui dit me lire et apprécier mes écrits. C'est toujours agréable...

Joint à la signature, il y avait une adresse de blog. Dans une autre blogosphère que celle que je fréquente. Un autre univers. Les commentaires n'y sont signés que par des peudos inconnus. C'est autant de pistes de blogs à explorer. Vaste monde. Tellement vaste... Impossible à appréhender.

Parfois je me dis que le petit cercle de connaissances que je cotoie dans ma blogobulle me retient comme prisonnier. Je fais régulièrement le tour de chacun, pour aller aux nouvelles. Lire les fragments d'existences, d'émotions, de pensées, que chacun délivre à son rythme. J'ai mes favoris, bien sûr, ceux que je visite quotidiennement. Et puis ceux que je lis à intervalle un peu plus espacé. Ils ont tous un certain nombre de ressemblances. Des préocupations, des tournures d'esprit, des réflexions qui vont dans un sens globalement semblable. D'où une impression de... routine.

Alors de temps en temps j'ai envie de changer d'air et j'explore l'ailleurs. Mais l'ailleurs est différent. Je n'ai plus mes repères. Autres sujets de réflexion, autre styles, autre façon de s'exprimer. Mondes inconnus. Souvent je suis impressionné par des qualités de plume, ou des façons de se dire tellement différentes de ce que je fais et lis. J'aimerai alors exister autrement, ailleurs. Changer de paysage...

Qu'est-ce qui me retient ?
Le temps disponible ? C'est une mauvaise excuse : je passe déjà du temps à écrire ici ou là.
Non, ce qui me retient, c'est quelque chose de l'ordre du lien. Je me sens faire partie de quelque chose où je suis identifié, connu et reconnu. Il y a une certaine connivence. J'ai une place. J'existe.

Si je quittais cette blogobulle, ce serait comme m'exiler. Changer de pays. Arriver en terres inconnus et devoir faire ma place. Ça me tente...

Non pas disparaitre, mais partir... pour voir ce qui se passe. Et peut-être revenir. Ou pas. Laisser sa chance à la chance. Oser le changement. La perte des habitudes. En créer d'autres, différentes. Changer d'identité, avoir un regard neuf et être vu comme nouveau. Anonyme, sans passé connu. Être découvert peu à peu, en dévoilant une vie qui repart de zéro dans la narration. Ne donner que ce qui m'importe maintenant, différent ce que j'ai donné de moi depuis des années d'écriture.

Faire les deux à la fois ? Hmmmm, je ne sais pas si c'est possible. Risque de dispersion. Je vis dejà deux vies, entre le monde sensoriel et celui d'internet. On n'entre pas dans un monde sans en désinvestir un autre. Au moins partiellement.

J'ai envie de m'enthousiasmer devant l'inconnu, m'exalter, m'ouvrir à la surprise. Car à l'évidence la routine des blogs ne permet plus de surprises majeures. Grosso modo, je sais à peu près ce que je vais lire chez chacune de mes connaissances de blog. La suite de la vie racontée au fil du temps. D'un jour à l'autre ça ne change guère... même si c'est toujours différent.

Mais nombre de ces autres font plus ou moins partie de ma vie. J'ai envie de savoir ce qui va se passer pour tel ou telle. Comme des amis, comme les membres d'une famille. C'est aussi ce suivi au long cours qui permet d'aller plus en profondeur et de saisir la dimension du temps. Cela crée une certaine cohésion, une attention particulière. Pensez donc, pour certains voila six ans qu'on se connaît de l'intérieur ! J'en sais davantage sur ces vies là que celle de mes frère et soeurs ! Alors pourquoi imaginer y renoncer ? Non, justement, aller voir ailleurs ne signifie pas quitter. Seulement réintroduire du choix. Laisser une chance aux préférences.

Oui, "préférence"... "aller voir ailleurs"... "routine"... "double vie"... ça résonne bizarrement, hein ?
J'ai l'impression qu'il faut que je lutte contre une tendance à tisser des liens et m'y accrocher. Un encroûtement qui me fait préférer le confort rassurant à l'aléatoire du voyage. Opter pour les repères plutôt que l'inconnu. Ma vie de blogueur ressemblerait-elle à ce point à ma vie terrestre ? Celle dont précisément je cherche à changer ? Et pourtant je sais bien à quel point le besoin de changement à fait évoluer ma vie ! Le voyage est magnifique.

Qu'est-ce qui m'empêche de partir à l'aventure ?

voyage
Voyage transatlantique