« Cette part d’humanité, je l’ai enfouie en moi parce que j’ai longtemps pensé que pour être fort il ne fallait pas montrer ses faiblesses. Aujourd’hui j’ai compris que ce sont les faiblesses, les peines, les échecs qui rendent plus fort. Qu’ils sont les compagnons de celui qui veut aller loin. »

C'est plutôt bien dit et je ne réfuterais pas ce genre de déclaration.
Alors devinez qui s'exprime ainsi ?

Non, c'est pas moi, quand même...


Alors ?
Le Dalaï Lama ? Jaques Salomé ? Martin Luther King ?


Perdu ! Il s'agit de notre vibrionnant ministre de l'intérieur qui se dévoile comme un être pétri d'humanité.
Remarquez, il dit aussi qu'il veut aller loin, mais ça on s'en doutait un peu.

Ben zut, tout d'un coup ce genre de paroles, qui ailleurs m'auraient semblé justes et éclairées, paraissent banales et convenues... Dans la bouche d'un politique comme lui ça fait un peu bizarre. Ça me trouble. Cette sincérité planifiée, mesurée au mot près, me semble incongrue.

Le problème, avec un tel homme, c'est que même s'il était vraiment sincère... je sens tellement le loup politique en lui que je ne peux qu'être méfiant.


Voir le compte-rendu qu'en fait Laurent, sur Embruns.