31 août 2007

Rencontres essentielles

« Il est des rencontres qui, sans bouleverser l'existence, dévient son cours à jamais. Des rencontres essentielles qui laissent seul, livrent à soi-même, et obligent à se surpasser. A aimer autrement. Il est des amours qui, dans leur renoncement, permettent de veiller sur l'autre comme sur soi-même. A chérir en silence et aimer à distance. Des amours qui mettent l'âme à nu et, dans leur grand dépouillement, étoffent le coeur et l'éduquent. »

Qui entrent en silence, quittent l'urgence, et se gravent pour l'éternité. »

"Lettre à deux jeunes poètes",
Ex Nihilo

Posté par Couleur Pierre à - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Rencontres essentielles

  • La voyante

    1. Elle s’assit…la peur dans les yeux
    2. Observant ma tasse retournée
    3. Elle dit : Ne sois pas triste, mon enfant
    4. Car l’amour est ta destinée
    5. O mon enfant…mourra en martyr…
    6. Celui qui meurt converti à la religion de l’être aimé…

    7. Ta tasse…est un monde terrifiant
    8. Et ta vie n’est que voyages…et guerres
    9. Tu aimeras de multiples fois
    10. Et tu mourras de multiples fois
    11. Tu adoreras toutes les femmes de la terre…
    12. Et tu reviendras…comme un roi vaincu…

    13. Dans ta vie, mon enfant, il y a une femme
    14. Ses yeux…Louange à Dieu
    15. Sa bouche…est dessinée comme une grappe
    16. Son sourire n’est que mélodies et roses
    17. Mais ton ciel est pluvieux
    18. Et ta voie…est sans issue, sans issue

    19. Car la bien-aimée de ton cœur…ô mon enfant
    20. Dort…dans un château surveillé
    21. Le château est immense…mon enfant
    22. Et bien gardé par chiens et soldats
    23. La princesse de ton cœur…dort
    24. Celui qui pénètre dans sa chambre…est perdu…
    25. Celui qui demande sa main…celui qui s’approche…
    26. De la muraille de son jardin…est perdu
    27. Celui qui essaie de défaire ses nattes
    28. O mon enfant…est perdu…est perdu

    29. J’ai prédit l’avenir…et lu dans les astres de nombreuses fois
    30. Mais je n’ai jamais lu…
    31. Dans une tasse semblable à la tienne
    32. Je n’ai jamais connu ô mon enfant
    33. Une tristesse…pareille à la tienne
    34. Ta destinée est de marcher à tout jamais
    35. En amour…sur le tranchant du poignard
    36. De rester solitaire comme les coquillages
    37. De rester mélancolique comme le saule pleureur
    38. Ta destinée est de naviguer à tout jamais
    39. Sue la mer de l’amour sans voile
    40. D’aimer d’innombrables fois
    41. Et de revenir comme un roi détrôné

    Nizar Qabbani, extrait du recueil « Poèmes Féroces », 1970

    Posté par mohamed, 01 septembre 2007 à 22:40 | | Répondre
  • Merci Mohamed pour cette belle découverte, je note tout de suite "Poèmes féroces" dans mon carnet de livres à lire !
    Merci à Pierre aussi, hôte de ces pages !

    Posté par Chiara, 02 septembre 2007 à 10:49 | | Répondre
  • Oui, Merci à toi Mohamed, qui sait offrir des textes toujours bien choisis...

    Merci à toi, Chiara, d'avoir laissé trace de ton passage ici, me permettant de découvrir ton espace.

    Posté par Pierre, 02 septembre 2007 à 20:04 | | Répondre
Nouveau commentaire