Elle est repartie ce matin...

Ce qui signifie évidemment qu'elle était revenue.

Voila la raison de mon silence en ce lieu d'écriture : J'étais bien trop occupé à vivre. Trois jours de farniente intensif, parsemés d'activités diverses, plus ou moins avouables sans ressentir une petite gêne. Trois jours imprévus, nouvelle parenthèse d'un évident bien-être.

En rentrant chez moi, ce soir, je retrouve la maison vide, comme convenu. Des post-it ponctuent mon espace, me livrant ses dernières pensées.

Que dire de ce qui s'est passé ? Tant et si peu...
J'ai dans la tête un stock de pensées à élaborer, préciser, affiner. Avec un enjeu : quelle suite donner à notre relation ? À peine née, il est déjà question de son avenir. Moi qui ne désirais vivre les choses qu'au présent, voila que les circonstances m'obligent à voir un peu plus loin. Il y aura un choix à faire, tôt ou tard. Avec conséquences et renoncements. La liberté ou... une forme d'engagement, aussi libre soit-il.

Pour l'heure il est trop tôt pour prendre des décisions. Je savoure la fraîcheur des souvenirs imprégnant encore l'atmosphère. Elle est encore présente, malgré l'absence.

Ce moment là, encore, était vraiment bien...


208_0898