Parce que tant de divorces se passent dans le ressentiment et la haine, j'aime montrer que cela peut-être vécu dans une certaine sérénité. Pour autant, cela ne signifie pas que la démarche soit anodine et facile. Surtout lors de la prise de décision, qui peut durer très longtemps ! Je crois que, comme en toute chose, il est primordial de s'accorder le temps que l'on ressent comme nécessaire, dans la mesure du possible...

Ce soir c'est ensemble, avec ma future-ex épouse, que nous nous sommes rendus chez un avocat pour qu'il lance la procédure officielle. Auparavant nous avions fait voiture commune, en bavardant durant le trajet, puis pris un chocolat chaud dans un café en attendant l'heure du rendez-vous. J'avoue que mon égo a ressenti "un petit velours" quand elle m'a dit qu'elle aurait du mal à retrouver un gars aussi bien que moi [ouais bon, excusez l'autopromotion, mais ça s'inscrit dans le contexte].

L'avocat nous a posé pas mal de questions d'ordre pratique, mais comme tous les points avaient déjà été réglés entre Charlotte et moi, puis chez du notaire, c'est allé assez vite. Le seul détail qui est resté en suspens est de savoir, pour Charlotte, si elle garde mon nom ou "reprend" celui de son père (oui, ces règles restent marquées par la prééminence masculine...). Dans le premier cas il faudrait que je donne mon accord. Mais l'avocat a bien senti que ce ne serait pas un réel problème, vu notre bonne entente manifeste.

Au retour la conversation a dérivé sur la liberté ressentie dans la vie de célibataire : même si cette liberté n'autorise pas forcément une vie très différente, le sentiment de liberté est perçu par chacun de nous comme un avantage précieux. Charlotte m'a finalement questionné sur ma vie relationnelle, me disant que j'étais fort discret à ce sujet. Ne lui cachant pas ce qu'elle avait envie de savoir, je lui ai dit que je gardais une réserve, par respect à son égard. Je la protège de ce que je sais pouvoir éveiller quelque sensibilités. Je crois qu'il faut du temps pour ça aussi...

Voila, ce petit témoignage pour rappeller que le divorce n'est pas une catastrophe, ni forcément violent, rude, douloureux. C'est l'image que j'en avais autrefois.

Pour un peu, je pourrais presque parler de divorce heureux...