Plagier : Piller les ouvrages d'auteurs en donnant pour siennes les parties copiées [Larousse]

Des auteurs de blogs agacés en découvrant qu'ils étaient plagiés, je l'ai vu plusieurs fois. Jusque-là ça ne m'était jamais arrivé [ou du moins je n'en avais-je pas eu connaissance]. Je me demandais, d'ailleurs, comment on pouvait tomber par hasard sur un texte que l'on reconnaît comme sien dans l'immensité du web.

Eh bien voila, mon tour est arrivé : j'ai découvert mon plagiaire. Par hasard !

Oh pas tant que ça, le hasard : il doit beaucoup à mes centres d'intérêt. En effet, c'est en caressant lisant "Les fesses de la crémière" que j'ai indirectement et involontairement augmenté les probabilités de découvrir mon plagiaire. Le blog sus-cité aborde un sujet qui m'a fait autrefois beaucoup fait cogiter : la liberté dans le couple. Bien que n'étant plus vraiment concerné, je garde un oeil léger sur ce qui s'échange autour de cette thématique. Or récemment l'auteur faisait le point sur différentes façons de vivre cette liberté et je me suis permis de glisser en commentaire la notion de "Libraimance", sans renvoyer vers mon blog par souci de discrétion. Si quelqu'un voulait en savoir plus sur le sujet, l'omniscient G**gle lui indiquerait le chemin...

J'ai voulu vérifier cette hypothèse et là, quelle ne fut pas ma surprise de voir que le terme rarissime de "libraimant"... était devenu l'adresse d'un blog ! Oh oooh, me dis-je, curieux... avant de faire la grimace en lisant le contenu : Ah ben merdalor ! Ça ressemblait étonamment à ce que j'écris. Hé oh, c'est mes idées ça ! Le plus louche, c'est que le nom du blog reprend, en le mettant au singulier, celui d'un ancien site collaboratif centré autour de l'écriture de soi sur internet et auquel j'avais jadis activement participé ! Si ça c'est une coïncidence, je veux bien bouffer mon clavier touche par touche !

Ce matin j'ai regardé d'un peu plus près le maigre contenu de ce blog louche et j'ai eu la surprise, un peu agacante, de retrouver des bouts de textes très proches de ce que j'ai pu écrire ici. L'agencement des phrases, le choix des mots... ça me rappellait vraiment trop mon inimitable prose. Vérification faite [merci G**gle], c'est bien sur un pilleur de mes textes que je suis tombé !

Enfoiré ! [oups... ça m'a échappé]

Bon... en fait je trouve ça plutôt pitoyable [oups...] d'utiliser les textes d'un autre en laissant croire qu'ils viennent de soi. Je ne comprends pas les motivations. M'enfin, tant que ça en reste là, et visiblement sans lecteur, ça ne me dérange pas. Je n'ai donc pas contacté l'auteur... mais je vais le surveiller du coin de l'oeil.

Je n'ai rien contre la circulation des idées, au contraire, mais j'estime que citer ses sources est la moindre des choses.

 

 

Ajout de 16h53 : après avoir lu plus attentivement deux textes de l'usurpateur et les avoir comparé aux miens, j'ai l'impression qu'il s'en est surtout servi comme support pour écrire ses réflexions. Il semble avoir supprimé de mes textes ce qui ne correspondait pas à sa propre histoire, ne gardant que la trame constructive pour remplir avec son récit de vie.

Du coup je suis devenu plus indulgent...

 

 

IMGP9009

 

 Quand le printemps était plus précoce...
(5 avril 2010)