Machinalement ce matin, au réveil, j'allume la radio. Stupeur. Impression d'entendre se répéter le même scénario immonde. En pire. J'écoute quelques minutes, le temps de savoir ce qui s'est passé. Les faits, seulement les faits. Et puis je coupe. Je ne veux pas en savoir davantage. Je ne veux pas écouter les analyses, les témoignages, les descriptions, les émotions, les polémiques. Je ne veux rien savoir de plus. J'en sais déjà beaucoup trop pour ce que je peux en faire, c'est à dire rien. Strictement rien. Impuissance totale.

Je vais chercher à me préserver, cette fois.
Aucune info, aucune image. Surtout pas d'images...

Je m'évade.
Et pourtant je ne cesse d'y penser.
Jour sombre.