20 septembre 2005

Égoïsme altruiste

Lorsque j'ai commencé à m'émanciper de ma relation de couple, certes en touchant au domaine "sacré" de l'intimité, immédiatement je me suis vu qualifier d'égoïste. Parce que je pensais à mon équilibre, que je suivais des aspirations personnelles vitales (au sens psychique du terme), j'étais affublé de ce qui se voulait être insulte suprême et maxi-culpabilisante. Sous-entendant que penser à mon équilibre signifiait que je ne pensais "que" à moi. C'est à ce moment là que j'ai compris que l'égoïsme n'était pas un... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 13:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 septembre 2005

On ne se doit rien

Lorsque je n'écris pas, je vérifie quand même occasionnellement le suivi de fréquentation de ce carnet grâce aux "statistiques" (compteurs plutôt que statistiques). Ne me demandez pas pourquoi je le fais, je n'en sais rien. Ça ressemble à la vérification d'une hypothétique "cote de popularité" (est-ce que vous aimez toujours mes écrits, est-ce que vous revenez ?). Mais à la différence de mon journal, qui me délivrait un compte rendu détaillé seulement quotidien, sur canalblog le comptage est en direct. Je peux donc... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 12:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 septembre 2005

Formication

Suite de mes aventures urbaines...L'adoption du mode "fourmi" parmi les cohortes humaines se fait finalement très rapidement: il suffit de savoir où on va. Hier j'hésitais sur les directions à suivre, scrutais les panneaux d'indication, cherchais les distributeurs de tickets, hésitais devant les portillons automatiques ou le sens d'insertion du ticket. Un peu paumé le gars... C'est ce qui me donnait ce regard transversal sur les colonnes de fourmis. Mais ce matin la formication (transmutation en formica, nom scientifique de... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 21:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 septembre 2005

A la ville...

Ce matin je me suis levé tôt. Six heures. J'ai pris ma voiture jusqu'à une petite ville proche, où je l'ai troquée contre un train régional. Une heure plus tard j'étais à Lyon et prenais la correspondance avec un métro, puis un autre, puis un bus, pour enfin terminer à pied les quelques centaines de mètres qui me restaient. Oufff ! Entre temps j'ai cotoyé des milliers de personnes pressées marchant comme des colonnes de fourmis, sans aucune hésitation, se croisant sans heurts. Et le soir s'est déroulé le même scénario, mais en sens... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 23:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 septembre 2005

Réfléchir à pleines dents

Ce qui se passe dans l'échange de mots et de lectures peut avoir des effets assez surprenant. Après avoir lu le texte écrit par Pralinette il y a quelques jours, dont Coumarine s'est servi comme base de réflexion, j'ai été aspiré dans des réflexions lourdes d'émotion mal contenue. Il y était question de vie et de mort, de liens d'amour ou d'amitié, de ténacité et de résignation face aux évènements de la vie, et de l'écoulement du temps et de ses conséquences. Tout cela est entré en forte résonnance avec mes préoccupations actuelles:... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 23:57 - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 septembre 2005

Le sens de la vie

Les commentaires qui ont suivi ma précédente note m'ont fait réfléchir. Si une part de soi meurt chaque jour en entrant dans le passé, je crois que quelques périodes de l'existence donnent une impression de renouvellement accéléré. Tout autant que certains évènements de la vie, parfois anodins en apparence, font qu'on est plus le même. Je ressens (et désire) qu'en ce moment quelque chose en moi meurt en profondeur. Des illusions, et avec elles sans doute une part de mon idéalisme. Mais pas mon désir d'aller de l'avant, ni celui de... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 01:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 septembre 2005

Quel est le sens ?

J'ai fait un rêve bizarre hier soir, dans le demi-sommeil qui annonce l'endormissement immédiat: je me suis vu comme un cadavre. Un paquet de viande en décomposition. Couleur bunâtre, froid, décharné. J'ai perçu les muscles déjà affaissés, se détachant des os qu'ils entourent. Mort depuis plusieurs jours quoi... Et je me disais « C'est ça être mort. C'est trop tard, j'ai fini ma vie... Rien n'avait d'importance, sauf de vivre. Et je ne m'en rendais pas compte ». Je ne pouvais plus entrer en contact avec les vivants. Impression de... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 19:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
08 septembre 2005

On commence (un peu) à en parler...

Voila quelques décennies que les scientifiques de diverses disciplines affirment qu'on va « droit dans le mur » en ce qui concerne notre environnement au sens le plus large. De la surpêche à la disparition espèces menacées, du réchauffement de la planète et ses conséquences imprévisibles à la pollution des eaux, en passant par la surexploitation forestière et la réduction de la biodiversité. Mais les choses ne changent guère. Tout juste assiste t-on parfois à une légère inflexion de la courbe d'augmentation. Du genre: C'est moins... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2005

Propos sur le bonheur (3)

Il ne faut pas que je joue les blasés ou les sages, lorsque je parle du bonheur. Certes, le bonheur ("bonne heure") est une façon de voir la vie: profiter de chaque instant et en jouir au présent. Ni pleurer les bonheurs passés, ni attendre des bonheurs futurs... Oui, en théorie c'est peut-être un bon moyen. Bonheur tranquille qui se satisfait de ce qui est à sa portée. J'essaye d'opter pour cela au quotidien. Mais il y a aussi le Bonheur. Le BONHEUR. Le vrai, le grand, celui qui est rare et qui, effectivement, ne dure pas.... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 00:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 septembre 2005

Perdre... et retrouver

Je reviens sur ma note précédente: perdre un bonheur n'est pas si grave si on sait que d'autres viendront ensuite. L'aptitude au bonheur est un état d'esprit qui se cultive. Le bonheur c'est comme un bijou. On peut le laisser au fond d'un tiroir où il se ternira, ou le porter sur soi où il gardera son éclat. Et puis "perdre un bonheur" ça ne veut rien dire, en fin de compte. Le bonheur est un état fluctuant. On ne perd pas un état. On y renonce ou on le garde. Le bonheur est un choix de vie. C'est pessimiste cette idée... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 23:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]