06 avril 2008

Dilapider la vie

Depuis plusieurs années j'ai deux vies : celle de l'action et celle de la réflexion. Je n'aurais aucune raison de les disssocier si elles se situaient dans la même unité de temps et de lieu. Or il se trouve que, la plupart du temps, ma réflexion s'élabore devant mon clavier. Elle est "solitaire", quoique sous le regard de ceux qui me lisent. Les interactions sont donc différées dans le temps, alors que la vie de l'action est "en direct". J'aime cette liberté de temps qui me permet d'aller plus loin... tout en... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 10:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 avril 2008

Coup de coeur

Voila deux soirs que je passe quelques heures (hum...) à parcourir un blog dont la tonalité et l'originalité me plaisent beaucoup. Il s'agit de courts billets, variant du sérieux à l'anecdotique, tantôt érudits, tantôt farfelus. Mais le meilleur c'est la seconde partie de chaque entrée, généralement sans aucun rapport avec la choucroute : des pastilles de vie en BD. Tout y passe, sur un ton humoristique : scènes de rue ou de métro, extraits de conversations et... joyeuse sexualité de la dessinatrice. C'est finement observé et souvent... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 23:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 avril 2008

Lapsus occuli

Nous connaissons tous les lapsus linguae, ceux qu'on prononce. On connaît aussi les lapsus calami, ceux qu'on écrit. Il y aurait même une variante récente, pour les adeptes du clavier : lapsus clavi. Mais comment appelle t-on les lapsus qu'on lit ? Lapsus occuli ? Je m'interroge, parce qu'à la place de « N'éteindre que la douleur », j'ai lu « N'étreindre que la douleur ». Intéressant, non ? D'autant plus significatif que c'est moi qui avait écrit ces mots...
Posté par Couleur Pierre à 21:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mars 2008

Confiance : le don ou la dette ?

À la suite de mon texte « Besoin, désir et manque », s'est initié un échange avec Gilda. Il y est question du manque, avec ou sans souffrance, en cherchant à discerner ce qui, de l'autre ou de la relation, constitue ledit manque. Le sujet me touche de près depuis quelques années et engendre un flot de réflexions qui se montre inépuisable. En voici donc un nouveau développement... Faisant référence à un amoureux et à une amie, Gilda écrit : « Je les tenais l'un comme l'autre comme étant de toute confiance et en fait ils ne possédaient... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 17:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 mars 2008

Comprendre

« Comprendre  ne soigne pas.  Comprendre  n'est qu'un premier pas vers une atténuation possible de la souffrance. Le diagnostic est posé. Le mal est peut-être incurable, mais au moins identifié. »Traces et trajets - Consolations (tentatives de)
Posté par Couleur Pierre à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2008

Am stram gram...

... pic et pic et colegram... Scchhhlack ! la grande faucheuse est passée. Un de moins. Ça devient un rituel dans la famille, à intervalle régulier. Un par an. Cette fois c'était mon cousin. Il est parti des suites d'une "longue maladie"...  plutôt rapide. Six mois. Une maladie... ça c'est drôle, parce que son métier c'était justement de les soigner, les maladies. Il soignait celles des autres et hop, c'est lui qui s'est fait cueillir sans l'avoir vue venir. Il y a quelque chose de curieux aux enterrements :... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 18:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 mars 2008

Besoin, désir et manque

Une correspondante anglophone s’exprimant dans un très bon français m’a proposé, au cours d’une conversation écrite, « a riddle » (selon le dictionnaire : crible, énigme). Si j’en ai bien compris le principe, cela consiste à assembler trois mots proches afin de trouver comment ils sont liés. Les trois mots étaient : besoin - désir - manque. Elle m’a proposé des exemples d’arrangements : « le besoin crée le désir, qui crée le manque », ou « le désir crée le besoin qui crée le manque », me demandant ce que j’en pensais,... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 16:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
23 mars 2008

Avant la fin

Semaine assez éprouvante. D'abord je prends progressivement conscience de mon engagement communal, du temps que je vais y consacrer, et surtout de sa durée...Ensuite j'ai du faire des choix de positionnement qui m'ont demandé d'être à l'écoute de mes ressentis. Par exemple, lors de mon premier conseil municipal, dans la solennité des boiseries du lieu, j'ai décidé de voter en mon âme et conscience lors de l'élection du Maire. C'est à dire de ne pas suivre la consigne de vote donnée à toute l'équipe : montrer que nous sommes unis. Ce... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2008

Manipulation et manigances

Aussitôt élu, ma naïveté se trouve confrontée à la réalité de la politique. Ou du moins une certaine idée que certains se font de la politique : la fin justifie les moyens.Manipulation : Amener quelqu'un à agir dans le sens que l'on souhaite, s'en servir comme moyen pour arriver à ses fins.Manigance : Manoeuvre secrète qui a pour but de tromper, de cacher quelque chose.Je me suis fait berner comme un débutant (avec des circonstances atténuantes : je le suis !).Non seulement j'ai été trompé, ainsi que quelques-uns de mes co-listiers,... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 13:20 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
10 mars 2008

Zélu !

Et bien voila : contre toute attente me voilà surpris de faire partie des zélus. Je ne m'étais pas vraiment préparé à quoi que ce soit, sachant que ce n'est qu'en vivant les choses que l'on y réagit. Je pensais plutôt à une éventuelle déception si je me retrouvais parmi ceux qui ont le moins de voix. Pas la déception de ne pas être élu, mais celle de me voir le dernier. Réminiscences d'une toujours présente phobie du rejet. Ce qui est certain c'est que je ne m'attendais absolument pas à être élu au premier tour. Et encore moins... [Lire la suite]
Posté par Couleur Pierre à 22:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]